mercredi 31 janvier 2018

Le joyau, tome 3 : La clé noire


Titre : La clé noire
Auteur : Amy Ewing
Série : Le joyau, tome 3
Genre littéraire : Jeunesse/Science-Fiction
Année de parution : 2016
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2221198476
Nombre de pages : 386 pages

L'avenir se bâtit sur les ruines du passé. 
Cela fait trop longtemps que Violet et les habitants des anneaux extérieurs de la Cité solitaire sont soumis au moindre caprice de la noblesse du Joyau. La société secrète connue sous le nom de la Clé Noire s'apprête à lancer l'offensive pour renverser ces dirigeants cruels et corrompus.
Violet a conscience du rôle crucial qu'elle doit jouer dans cette révolte, mais c'est une raison encore plus personnelle qui la pousse à s'engager corps et âme pour la cause.

Les cercles inférieurs sont victimes de maltraitance depuis trop longtemps. La royauté nous a enlevé nos fils et nos filles, les a asservis, a détruit l’espoir, les rêves et les vies de ses sujets pour satisfaire sa propre avidité. Il était temps qu’elle en paye le prix.

Violet est toujours à la Rose Blanche entourée de ses amies. Elles élaborent un plan pour conquérir Le Joyau. De plus, Raven et Violet font le tour des instituts afin de rencontrer les futures mères porteuses qui seront présentes lors de la prochaine Vente aux Enchères dans le but de les rallier à leur cause, car sans elles, il sera impossible de faire tomber le mur érigé autour du Joyau. Et pour cela, elles doivent leur démontrer qu'elles peuvent faire plus que maîtriser les Augures. En fait, elles sont les Protectrices et elles peuvent maîtriser les éléments.

Pendant ce temps, Hazel est toujours détenue par la Duchesse du Lac et Violet est toujours aussi inquiète, jusqu'au moment où Lucien lui mentionne que la vie de sa sœur est en danger. Alors que tout était prévu depuis des semaines, Violet décide d'utiliser les Augures pour changer son apparence afin d'aller sauver sa petite sœur. Heureusement que Garnet est là pour lui ouvrir tout grand les portes du manoir!

De son côté, Ash en a plus qu'assez de rester caché à la Rose Blanche, il se sent inutile. Il profite du fait que Violet est au manoir pour quitter le domaine et aller aider l'organisation de la Clé Noire. Il veut rallier les compagnons à leur cause. Tandis que Garnet de son côté progresse au sein des régimentaires, il réussit également de son côté à rallier certains collègues.

Régimentaires, Protectrices, Compagnons... tous ensemble, pourront-ils prendre possession du Joyau et ainsi permettre à tous de vivre sur un même pied d'égalité, sans injustice, sans exploitation?

Dès le début, j'ai senti que ce troisième tome serait nettement plus intéressant que le précédent. Au cours des premiers chapitres, nous sentions la tension qui émanait des personnages et l'action n'a pas tardé à commencer. Certains événements m'ont prise par surprise tandis que la fin était plus que prévisible. Sachant qu'une révolution ne se fait pas sans heurts, je suis tout de même peinée des conséquences qu'elle entraîne. Je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas spolier!

Le dernier tiers du livre nous tient vraiment en haleine. Je m'attendais à une finale grandiose et malheureusement, ce ne fut pas le cas. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé la fin de cette trilogie, mais disons que j'ai senti que l'auteure était restée quelque peu en surface. Il manquait ce petit quelque chose de plus que j'avais tant aimé dans le premier tome et que j'espérais retrouver dans ce dernier tome afin de clore la saga en beauté.

En résumé, cette trilogie, et comme toutes les dystopies que l'on retrouve actuellement dans le monde littéraire, met en évidence les inégalités sociales, mais également l'abus et l'exploitation des classes inférieures. J'ai particulièrement été touchée par le sujet des mères porteuses et qui est rarement abordé en littérature. Également, j'ai bien aimé la plume de cette auteure que je ne connaissais pas. Par contre, le deuxième tome était nettement inférieur aux deux autres et je trouve cela bien dommage. J'accorde également une mention spéciale pour les couvertures de cette saga. Elles sont tout à fait sublimes! Une trilogie qui par moment nous divertit, nous touche et nous fait également réfléchir...

Ma note : 4/5

Pour lire les chroniques précédentes :

lundi 29 janvier 2018

Phobos, tome 2


Titre : Phobos
Auteur : Victor Dixen
Série : Phobos, tome 2
Genre littéraire : Jeunesse/Science-Fiction
Année de parution : 2015
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2221156322
Nombre de pages : 490 pages

ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.
Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.
ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS
Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.
MÊME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE,
IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Un premier tome coup de cœur, est-ce que la suite de cette saga sera à la hauteur de mes attentes?

Nous nous sommes quittés lors du premier tome alors que les douze futurs mariés venaient d'apprendre l'existence du rapport Noé. Nous les retrouvons donc tous dans le parloir, la chaîne Genesis en pleine noirceur et du coup, les spectateurs sont inquiets de ne pas savoir ce qu'il advient d'eux. Serena doit négocier avec les jeunes afin d'éviter la catastrophe, mais ce qu'elle ne sait pas, c'est que pendant ce temps-là, Andrew Fisher a réussi à entrer par effraction dans sa villa et qu'il s'apprête à laisser sortir sa fille Harmony de sa prison. De plus, celui-ci a bien l'intention de repartir avec une copie du disque dur de son ordinateur. C'est également la panique au bunker, tous les collègues de Serena veulent prendre la fuite. C'est le chaos le plus total!

Après multiples négociations, les filles et les garçons décident de passer au vote. Vont-ils continuer l'aventure et débarquer sur Mars en ne sachant pas vraiment ce qui les attend sinon la mort dans un coup laps de temps ou décider de rester sur Cupido pour retourner sur Terre sachant pertinemment qu'ils n'ont pas assez de denrées pour s'y rendre. Peu importe le choix qu'ils feront, le risque de mourir dans un avenir assez rapproché est présent. Finalement, ce sera Léo qui devra trancher!

Comme mentionné précédemment, mes attentes pour ce deuxième tome étaient assez élevées, car j'ai adoré le premier tome. C'est l'auteur lui-même qui a mis la barre aussi haute! Alors que le premier récit était mouvementé et addictif, celui-ci est plutôt lent à démarrer. Heureusement que les chapitres sont courts, car cela permet de garder un rythme dynamique.

Lorsque nous arrivons au cours de la deuxième moitié du récit, nous recommençons à ressentir cette petite palpitation d'anticipation à mesure que l'on tourne les pages. L'action se fait plus soutenue et les rebondissements nous raccrochent à l'intrigue. Par contre, les fameuses coupures publicitaires sont vraiment de trop et ne donnent strictement aucun bénéfice au récit, loin de là!

Au cours de ce tome, nous apprenons à connaître les personnages plus en profondeur. L'auteur a su garder certains aspects secrets de leur personnalité pour nous les dévoiler progressivement et du coup, cela nous donne le goût de poursuivre afin d'en apprendre un peu plus. J'ai particulièrement aimé Kelly avec son caractère flamboyant et ses répliques rafraîchissantes. Mon antipathie pour Alexeï ne cesse de croître et je dois dire que je ressens un certain malaise vis-à-vis de Mozart. Je ne sais pas si c'est en raison du fait que sa photo s'est retrouvée dans le médaillon d'Harmony ou son côté mystérieux, mais je ne peux lui faire confiance.

Au final, je dirais que ce deuxième tome est extrêmement lent à démarrer, mais une fois sur sa lancée, l'auteur réussit à nous captiver. Quant à la fin, elle est juste incroyable! Encore une fois, nous tournons la dernière page avec le sentiment que le meilleur est à venir...

Ma note : 4/5

Pour lire la chronique du premier tome, cliquez sur le lien suivant : Phobos, tome 1

dimanche 28 janvier 2018

Les gardiens des portes, tome 1 : Abbygaelle


Titre : Abbygaelle
Auteur : Sonia Alain
Série : Les gardiens des portes, tome 1
Genre littéraire : Fantasy
Année de parution : 2014
Éditeur : AdA
ISBN : 978-2897336677
Nombre de pages : 350 pages


Qu’est-ce qu’une légende? Un récit imaginaire sorti tout droit d’esprits fantasques, ou bien une suite d’événements qui se seraient bel et bien déroulés dans le passé? Projetée bien malgré elle dans une réalité parallèle à la sienne, Abbygaelle aura à faire face à plusieurs phénomènes inexplicables. Oscillant constamment entre deux mondes, celui des esprits et le nôtre, elle tentera de survivre. Dans l’ombre, quelqu’un tire les ficelles pour l’amener inexorablement sur un chemin qu’elle refuse d’emprunter, vers une métamorphose contre nature. Cet homme séduisant, Marcus, est-il un ami ou un ennemi? Pourquoi est-elle si troublée par sa présence? Et s’il n’était pas humain…

Après avoir lu le premier tome D'amour et de haine et La dame de Knox, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis plongée dans cette autre saga de Sonia Alain.

Abbygaelle s'est laissée convaincre par son père Hadrien d'aller passer les vacances d'été avec lui dans l'est de la province. Par contre, elle aurait bien aimé passer les prochaines semaines seule avec lui et non avec ses amis... surtout avec ce Marcus dont elle n'arrive pas à saisir la personnalité. Elle ressent de vives émotions lorsqu'il est près d'elle et cela la désarçonne complètement. Tantôt il est doux et souriant et l'instant d'après c'est comme si une bête cohabitait en lui.

Dès les premiers jours au Bic, les activités prévues commencent à réveiller la véritable identité d'Abby. C'est lors d'une sortie sur l'île du Massacre qu'Abby se retrouve aux prises dans le monde des esprits. Heureusement que Marcus est à ses côtés, il réussit à la faire revenir dans le monde réel. Ne voulant pas la brusquer et lui dévoiler ce que l'avenir lui réserve, il efface ses souvenirs. Ils leur restent combien de jours avant que la véritable nature d'Abby se réveille?

Les événements s'enchaînent l'un à la file de l'autre. Lucurius, cet être maléfique et qui fait appel aux forces démoniaques, est aux trousses d'Abby et la seule personne qui peut l'aider est le gardien des portes, Marcus. Ce qui complique encore plus les choses, c'est l'attirance qu'Abby ressent pour celui-ci. Est-ce que cela les aidera à passer au travers des futures épreuves ou au contraire, cela pourrait-il amener une certaine jalousie au sein du clan?

Ce fut un réel plaisir de retrouver la plume de Sonia Alain. Elle a une écriture simple et accessible, mais incroyablement efficace. Le premier élément qui m'a charmée c'est l'endroit où se déroule l'intrigue. Cette région du Québec me rappelle de beaux souvenirs, mais surtout, des endroits où la nature est époustouflante. D'ailleurs, l'auteure nous donne une description bien détaillée tant au niveau du panorama que de l'historique de la région et l'incorpore à merveille dans l'intrigue, sans l'alourdir. J'ai tout simplement adoré. L'auteure m'a fait voyager par le biais des mots.

L'intrigue m'a accrochée dès le début et l'un des éléments qui justement nous donnent le goût d'en savoir plus, c'est que les informations nous sont données aux compte-gouttes. Cela crée une aura de mystère autour de notre protagoniste. La multitude de rebondissements nous pousse à garder le livre ouvert jusqu'au milieu de la nuit, impossible de le quitter. Par contre, certains éléments m'ont semblé prévisibles, j'aurais bien aimé un peu plus de surprises vers la fin.

Pour avoir lu plusieurs romans où il était question de métamorphes, celui-ci est unique et vraiment attrayant. L'historique des lieux, des événements permettent de bien saisir la nature et la personnalité de ces êtres au point de presque y croire. Et si ces légendes étaient vraies?

Il est également intéressant de pouvoir lire le premier chapitre du prochain tome. Du coup, cela nous donne un aperçu de la suite de cette saga et bien évidemment, c'est mon libraire qui va être heureux de me voir le bout du nez très prochainement...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier chaleureusement l'auteure Sonia Alain et la maison d'édition AdA pour m'avoir fait parvenir ce récit!


vendredi 26 janvier 2018

D.D. Warren, tome 10 : Lumière noire


Titre : Lumière noire
Auteur : Lisa Gardner
Série : D.D. Warren, tome 10
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2018
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978 - 2226391933
Nombre de pages : 503 pages

472 jours : c'est le temps qu'a passé Flora aux mains de son bourreau. 472 jours plongée dans un abîme de ténèbres, à n'espérer qu'une chose : survivre.
Sortie miraculeusement de cette épreuve, elle cherche depuis à retrouver une existence normale. Pourtant, les murs de sa chambre sont tapissés de photos de filles disparues. Quand, à la recherche de l'une d'elles, Flora se fait de nouveau kidnapper, le commandant D.D. Warren comprend qu'un prédateur court les rues de Boston, qui s'assurera cette fois que Flora ne revoie jamais la lumière...
Après le succès du Saut de l'ange, Lisa Gardner, l'un des grands noms du thriller psychologique, se met dans la peau d'une femme pourchassée par son passé, dans une enquête qui nous confronte aux plus insoupçonnables déviances humaines.

Les victimes font ce qu'elles ont à faire pour survivre...

Flora est une survivante. Elle a passé 472 jours en captivité et la plupart du temps, elle était enfermée dans un cercueil. Son kidnappeur l'a enfermé dans la noirceur, il l'a affamé afin d'en faire sa chose. Et lorsqu'il la sortait, c'était pour la violenter, la violer. Son but étant de la façonner à sa façon et qu'elle oubli qui elle est et d'où elle vient. Flora n'existe plus, elle est devenue Molly et son agresseur n'a aucune limite dans sa perversion.

Au fil des jours, il devient arrogant et cela permet aux enquêteurs de retrouver sa trace. Flora est retrouvée et maintenant saine et sauve. Le victimologue Samuel Keynes écoute son récit de sa captivité, mais Flora préfère taire certaines choses en raison de la culpabilité qu'elle ressent. Peut-on vraiment redevenir celle que nous étions avant?

Aujourd'hui, Flora ne sait plus vraiment qui elle est. La seule chose qu'elle sait, c'est qu'elle désire ardemment retrouver les femmes qui disparaissent et elle part à la chasse aux agresseurs. Elle est forte maintenant, car elle a pris des cours d'autodéfense, elle sait comment pensent et agissent les criminels bref, elle se sent en mesure de pouvoir retrouver Stacey Summers. Mais voilà, cela ne se passe pas comme prévu. Encore une fois, elle se retrouve dans le noir... en captivité!

Dès les premières pages, Lisa Gardner m'a donné des frissons de frayeur. Étant claustrophobe, je peux vous garantir que j'ai complètement adhéré au récit. J'ai ressenti la peur de Flora, son anxiété et ses moments de panique. L'auteure nous décrit avec beaucoup de justesse les pensées de Flora, mais aussi celle de son agresseur. Elle aborde également le vécu de membres de la famille autour de la victime.

L'intrigue est tout à fait bouleversante et addictive. Il est difficile de quitter le récit et de déposer le livre. Et même, une fois que nous fermons le livre, l'intrigue continue à nous suivre dans nos pensées. Les rebondissements qui surviennent en cours d'enquête nous gardent bien accrochés. De plus, le fait d'alterner entre le passé et le présent de Flora nous aide à mieux comprendre la psychologie de notre protagoniste. Également, l'alternance entre le présent de Flora et l'enquête policière menée par Warren nous permet de ressentir ce petit battement au cœur qui veut que l'on garde le livre ouvert et poursuive notre lecture.

La plume de l'auteure est simple, mais tellement juste dans le choix de ses mots. J'ai ressenti une multitude d'émotions tout au long de cet incroyable thriller psychologique. Je ne connaissais pas cette auteure... seulement de nom, mais je peux vous garantir que je vais de ce pas faire un tour à la librairie et gageons que je reviendrai avec un autre bouquin de la saga Warren.

Lumière  noire est un thriller sombre, glauque et incroyablement puissant. À découvrir absolument!

Ma note : 4.5/5

Je tiens à remercier chaleureusement la maison d'édition Albin Michel pour cet incroyable thriller psychologique!


mercredi 24 janvier 2018

Le sang de la guerrière


Titre : Le sang de la guerrière
Auteur : Florence Cochet
Genre littéraire : Fantasy
Année de parution : 2017
Éditeur : MxM Bookmark
ISBN : 978-2375743980
Nombre de pages : 300 pages

De son passé, Shandra ne se rappelle que les nombreuses années à l'Académie, entre sa formation de maître et sa dévotion à la déesse Ashara. Bientôt, elle affrontera l'épreuve qui lui permettra d'intégrer les rangs des « ombres du palais », comme on nomme les guerriers au service des souverains. Cette épreuve, c'est son nouveau maître d'armes, l'énigmatique et troublant Kalhen, qui l'y prépare. Alors que leur attirance réciproque se transforme en désir, Shandra est loin de s'imaginer le double jeu auquel il se livre, et encore moins que leurs destins sont intimement liés...
Entre les tensions qui règnent parmi ses compagnons d'armes, la soif d'un sabre buveur d'âmes et les exigences d'un ancien dragon, Shandra parviendra-t-elle à trouver sa voie ?

Shandra vient tout juste de terminer la première phase de sa formation avec son mentor Tholsen et la voilà obligée de suivre son nouveau maître Kalhen afin d'approfondir ses connaissances et ainsi devenir maître à son tour. Un lien intense se tisse avec Kalhen. Elle se sent attirer par lui, au point de lui offrir ce qu'elle a de plus précieux...

Shandra se réveille quelques jours plus tard et elle est à bord d'un bateau, loin de Kalhen. Elle a acquis le titre de maître et pour se faire, elle se devait de devenir une femme à part entière. Elle se sent trahie par Kalhen, mais cela a-t-il vraiment de l'importance maintenant qu'elle ne le reverra plus et qu'elle doit se rendre au palais de l'empereur afin d'entrer à son service?

Une fois sur place, Shandra ne contrôle plus du tout la situation. L'impératrice a des visions de sang, de guerre et lui demande de retrouver la Femme sans visage. Elle doit faire équipe avec Shyle, une sœur-sorcière, afin de la retrouver, mais quelque chose en elle la perturbe...

Ses yeux, d'un bleu clair vibrant, inhumain, rencontrent les miens, et le temps se suspend. Nous nous contemplons, nous nous reconnaissons, alors que nous ne nous sommes jamais vues. Un lien ancestral se tisse entre nous. Qui est-elle?

Finalement, elles quittent le palais et les voilà en route. Dès leur arrivée dans une auberge, Shandra se retrouve face à face avec son ancien maître Kalhen. Il semblerait qu'il doit les accompagner au cours de cette quête! Le trio partira donc à la conquête de la Femme sans visage. Leur chemin sera parsemé d'embûches qu'ils devront surmonter et pour cela, ils devront unir leur force.

Ce récit, de seulement 300 pages, m'a semblé réellement trop court et trop long à la fois. J'en ressors avec un avis quelque peu mitigé. Dès le début, j'avais de la difficulté à comprendre le pourquoi du comment. Il me manquait des éléments afin de bien assimiler où allait nous mener cette quête. Nous avons l'impression qu'il nous manque des éléments et à mesure que nous avançons dans cette intrigue, les questions se multiplient.

La mise en place de l'univers entourant les personnages est assez complexe et j'aurais pris un peu plus de descriptions afin d'être en mesure de bien intégrer le tout. D'ailleurs, nous rencontrons une panoplie de créatures au cours de cette quête, que ce soit des elfes, mages, sorcières, vampires, etc. bref, la liste est longue. C'est un peu trop pour un roman si court selon moi.

Une fois que nous arrivons près de la moitié du récit, c'est vraiment à ce moment que nous adhérons complètement et que l'action et les rebondissements captent notre attention. Au fil de pages, nous en apprenons un peu plus sur nos protagonistes et les liens se font. Personnellement, la seconde moitié m'a complètement charmée. Et sans m'en rendre compte, me voilà arrivée à la fin du récit. Trop peu, trop vite!

Le sang de la guerrière est vraiment trop court pour tout le contenu qu'il possède. J'aurais nettement préféré que l'auteure nous offre une trilogie et ainsi nous faire voyager dans son univers.

Ma note : 3/5

Je tiens à remercier la maison d'édition MxM Bookmark pour m'avoir permis de lire de roman de fantasy!

J'ai découvert ce roman avec mon amie Stéphanie, n'hésitez pas à lire sa chronique en cliquant sur le lien suivant : Le sang de la guerrière

mardi 23 janvier 2018

Calendar girl - Août


Titre : Août
Auteur : Audrey Carlan
Série : Calendar girl, tome 8
Genre littéraire : Érotique
Année de parution : 2017
Éditeur : Hugo Roman
ISBN : 978-2755629194
Nombre de pages : 153 pages

Quand Pretty Woman rencontre Gossip Girl... Mia a toujours été très douée pour prétendre être quelqu'un qu'elle n'est pas, et cette faculté va bien lui servir pour sa prochaine mission. Cette fois, c'est au Texas que Mia se retrouve, auprès d'un magnat du pétrole, Maxwell Cunningham. Son père est décédé récemment et a laissé une bombe dans son testament. Il a légué 49 % de sa fortune à une jeune femme, la sœur de Maxwell, dont il ce dernier n'a jamais entendu parler et qui répond au nom de... Mia Saunders. Il est précisé que Maxwell a un an pour retrouver cette sœur, ou il perdra son empire au profit d'un groupe d'investisseurs peu scrupuleux. Or, il a trouvé Mia... Mia arrive donc dans cette famille de cow-boys, prétendant être quelqu'un qu'elle n'est pas et roulant dans la farine tous les gros bonnets qui tournent autour de la fortune de Maxwell. Elle va s'attacher plus que de raison à cette famille sympathique, qui l'accueille à bras ouverts. Elle aura du mal à repartir... Un mois riche en rebondissements étonnants.


Méfie-toi de ce que tu désires. Tes rêves pourraient devenir réalité et toute ta vie serait sens dessus dessous.

À la fin du tome précédent, Mia nous a fait la surprise d'être officiellement en couple avec son beau surfeur. Elle est maintenant arrivée chez Wes pour la semaine avant de repartir pour le Texas afin d'aller passer le mois avec un nouveau client. Après une semaine de rêve, mais aussi de déménagement, Mia débarque à l'aéroport où l'attend Maxwell.

Aussitôt qu'elle pose les yeux sur lui, il y a un petit quelque chose dans son regard qui lui donne l'impression de l'avoir déjà rencontré. Fait encore plus surprenant, il l'a engagé en raison de son nom et de sa date de naissance. Afin de préserver l'entreprise de son défunt père, Maxwell doit absolument trouver sa vraie sœur. Selon Wes, tout cela semble assez bizarre, surtout que Max et sa femme sont tout simplement adorables. Qu'est-ce qui peut bien se cacher derrière tout cela? Malgré que Mia sait qu'elle est engagée pour jouer un rôle, cela ne l'empêche pas de se dire que cela doit être bien agréable d'avoir un frère comme Max!

Avec ce huitième tome, Audrey Carlan vient nous surprendre avec un petit suspense comme toile de fond à cette romance érotique. Il est vrai que ses romans sont courts, même pourrions-nous dire qu'ils soient trop courts? Et c'est le cas encore une fois pour celui-ci. Je l'ai tout simplement dévoré. Je voulais en savoir un peu plus à chaque paragraphe sur cette sœur mystérieuse.

Par contre, on repassera pour la traduction. Les éléments qui me dérangent depuis le début de la saga ne semblent pas s'améliorer et c'est bien dommage. N'empêche que ce huitième tome est de loin mon préféré. Possiblement en raison des quelques rebondissements au sein de l'intrigue.

De plus, je dois dire que la fin m'a réellement surprise et que j'ai déjà hâte de lire le prochain tome. J'espère ne pas être déçue, car s'il y a bien un élément que j'ai remarqué au fil de cette saga, c'est le manque d'équilibre en terme de qualité d'un tome à l'autre. On verra bien...


Ma note : 4/5

Pour lire les chroniques des tomes précédents, cliquez sur le mois désiré :
Janvier Février Mars 

Avril Mai Juin 
Juillet

dimanche 21 janvier 2018

La maison des Turner



Titre : La maison des Turner
Auteur : Angela Flournoy
Genre littéraire : Littérature Contemporaine
Année de parution : 2017
Éditeur : Les Escales
ISBN : 978-2365693431
Nombre de pages : 435 pages

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d'un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d'une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n'a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l'avant? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s'il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l'avenir des Turner et de leur maison?

Nous vivons et mourons dans des maisons, nous rêvons de revenir dans des maisons, et prenons grand soin de réfléchir à qui en héritera à notre mort.

Viola, la matriarche de la famille Turner, est gravement malade et depuis quelques mois, elle a dû quitter la maison de Yarrow Street pour aller habiter chez son aîné, Charles. Depuis, ses treize enfants essaient de trouver une solution pour cette maison où ils ont vécu et grandi. Certains voudraient s'en départir, car elle est trop hypothéquée, d'autres ne peuvent se faire à l'idée de s'en défaire étant donné tous les souvenirs qui s'y rattachent tandis que certains pensent à mettre le bulldozer dedans.

Francis, le mari de Viola, est décédé, mais il semble encore bien présent dans la vie de la famille Turner. Et bien évidemment, il y a le fameux fantôme qui semble revenir hanter la vie de Cha-Cha. Alors qu'il croyait que le fantôme était rattaché à la maison de Yarrow Street, celui-ci semble maintenant le suivre un peu partout. De son côté, la benjamine de la famille, Lelah, vit avec ses propres démons. Elle est accro au jeu et toute sa vie semble s'effondrer. Elle se fait expulser de son appartement et n'a plus d'endroit où habiter. Retour à la case départ, elle revient habiter dans la maison familiale à l'insu de tous malgré qu'il ne reste presque plus rien dans cette vieille maison! De son côté Troy tente par tous les moments d'obtenir la maison en jouant de ruses afin de l'acquérir en cachette de ses frères et sœurs. Il va même jusqu'à manipuler sa pauvre mère!

Une bonne partie de l'intrigue tourne autour de cette maison qui a vu des jours meilleurs. À l'occasion, l'auteure retourne sur les pas du passé afin de nous aider à nous faire connaître le père et la mère Turner ainsi que les liens qui les unissent à cette maison, ce quartier, cette ville.

Détroit nous est donc raconté via la famille Turner. Cette ville où prédominait et prédomine encore aujourd'hui, le racisme ainsi que les impacts que cela a sur la communauté. C'est probablement le seul élément qui m'a réellement touchée au cours de ce récit.

J'ai eu beaucoup de difficulté à adhérer aux personnages, surtout à celui de Cha-Cha. Son fantôme et toute l'histoire qui tourne autour m'ont semblé tellement hors propos. J'aurais plutôt préféré apprendre à connaître un peu mieux les autres enfants de la famille. Quant à Lelah, je me suis attachée à elle et je désirais tellement qu'elle réussisse à se sortir de ce cycle infernal de la dépendance au jeu...

Je crois que j'aurais également préféré un récit chronologique afin de mieux comprendre la famille Turner. L'auteure m'a perdue avec ses allers-retours sur le passé. Bref, j'ai remarqué plusieurs défauts à ce roman, dont de multiples longueurs. J'ai beaucoup de difficultés à cerner le message que l'auteure voulait nous transmettre via ce récit.

Ma note : 2.5/5

Je tiens tout de même à remercier la maison d'édition Les Escales pour m'avoir fait parvenir ce roman!



vendredi 19 janvier 2018

Les saisons du bonheur


Titre : Les saisons du bonheur
Auteur : Belva Plain
Genre littéraire : Romance
Année de parution : 2017
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714454003
Nombre de pages : 400 pages

Nous sommes en 1900 et l'Amérique est le pays des grandes espérances. Bien décidé à être acteur de son destin, Adam Arnring quitte son père et ses deux frères pour tenter l'aventure vers l'Ouest, ou plus exactement la petite ville texane de Chattahoochee. Imposant son flair et son audace, il grimpe rapidement les marches de la réussite et obtient la consécration en épousant la belle Emma, héritière d'un grand magasin. 
Une famille unie, des affaires florissantes, la vie pourrait être parfaite. Mais Adam sent parfois monter en lui des vagues d'amertume : comment protéger les siens des aléas de la vie? Comment préserver son couple quand la tentation se présente sous les traits de Blanche, sa belle-sœur? Et que vaut sa réussite sociale quand son propre frère a juré sa perte?

Les saisons du bonheur aurait tout aussi bien pu porter le titre Les saisons de l'amour. Ce roman est empli de bonheur, de joie et d'amour, mais aussi d'épreuves que notre protagoniste devra surmonter au fil des ans.

Simon Arnring a eu trois garçons, dont Adam qui est issu d'une grossesse hors mariage à une époque où cela était vraiment mal vu. Il était le bâtard du village. Il aurait pu prendre le relais de l'épicerie familiale, mais Adam préfère voler de ses propres ailes. Il décide donc de partir vers l'Ouest et de s'arrêter à Chattahoochee, le temps de se trouver un travail pour ensuite poursuivre vers la Californie.

Dès son arrivée, lorsqu'il entre dans une boutique pour s'acheter une chemise, il fait la rencontre de Sabine, propriétaire de ladite boutique. Elle est d'un caractère flamboyant. N'empêche qu'en peu de temps, Adam réussit à la convaincre de l'engager, et tout cela devant la nièce de Sabine. Au fil des ans, Adam réussit à progresser au sein de l'entreprise, mais aussi dans le cœur d'Emma. Il finira par convaincre Sabine qu'il aime sa nièce et qu'il prendra soin d'elle.

Mais voilà que Jonathan, le frère d'Adam, part à la guerre avant même d'avoir pu épouser Blanche et meurt sur le champ de bataille. Entre-temps, Léo en veut toujours autant à la terre entière et plus particulièrement à Adam. De son côté, Adam vit le parfait bonheur. Il est marié à la femme de sa vie, il réussit particulièrement dans son travail et il a de jolis enfants en santé. De quoi éveiller la jalousie de Blanche et Léo... mais connaît-on vraiment les gens et leurs pensées?

C'est lorsqu'on est confronté à la réalité de l'Autre dans ses petites exigences qu'on découvre à quel point il est difficile de cerner celles et ceux qui vivent à nos côtés sous la lumière du soleil et le regard des étoiles...

Je viens de découvrir une plume douce, fluide et simple. Belva Plain avait un talent unique pour écrire tout en délicatesse et réussir à faire passer les émotions par le biais des mots. Nous sommes loin de la mièvrerie que l'on retrouve trop souvent au sein des romances, ici tout est écrit avec réalisme.

Ce n'est pas un roman avec de grands rebondissements ou de grands drames à nous faire frémir. L'auteure nous raconte plutôt la vie d'un homme ordinaire qui a réussi à faire sa marque en étant intègre, loyal et amoureux. Les personnages de ce récit m'ont touché, m'ont aussi faire sourire à l'occasion et je m'y suis attaché. Emma est une féministe engagée, simple et surtout ayant un grand cœur. Il y a un tel degré de tolérance envers autrui émanant de ce personnage. Et c'est tout le contraire avec cette Blanche qui vient semer la pagaille. Vraiment Belva Plain, nous a concocté de bien beaux personnages.

L'auteure fait également évoluer ses personnages en les rattachant à leur époque et aux grands événements qui ont secoué tant les États-Unis que la planète. Que ce soit les deux grandes Guerres mondiales ou la Grande Dépression, nous ressentons leurs effets sur l'intrigue et les personnages. Le tout sans alourdir le récit malgré que cette période fut immensément sombre.

Définitivement, Les saisons du bonheur m'a touchée, mais il manquait un petit quelque chose pour en faire un coup de cœur.

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond et plus particulièrement Carine Verschaeve pour m'avoir permis de lire ce roman!


mercredi 17 janvier 2018

Jack Reacher, tome 19 : La cible était française


Titre : La cible était française
Auteur : Lee Child
Série : Jack Reacher, tome 19
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : Calmann-Lévy
ISBN : 978-2702159941
Nombre de pages : 368 pages

Émoi dans tous les services de sécurité du monde : un inconnu vient de tirer sur le président de la République française à Paris, et la balle est américaine. Le sniper a touché l’écran de protection à la distance phénoménale de 1 400 mètres et l’avertissement est clair : la prochaine fois, ce sera au sommet du G8. Et Dieu sait combien il y fera de victimes.
Mais qui est ce tireur d’élite ? Seuls quatre hommes sont susceptibles d’avoir accompli cet exploit, et l’un deux, John Kott, est un Américain que Jack Reacher a fait mettre en prison quinze ans plus tôt. Aujourd’hui libéré, l’homme reste introuvable. Et c’est Jack Reacher que l’armée missionne en secret pour mettre la main sur le tireur.
Entre Paris et Londres, en tandem avec une jeune analyste, Reacher va se retrouver en butte à toutes sortes d’individus des services spéciaux russes, anglais et français, sans compter des assassins serbes et autres traîtres. Sa mission n’a jamais été aussi périlleuse.

La cible était française, la balle était américaine.

C'est reconnu, Jack Reacher est introuvable, car il est partout et nulle part à la fois. C'est lui qui décide de vous trouver à moins bien sûr, de faire paraître un petit article dans le journal et qu'évidemment, celui-ci le voit...

C'est ainsi que Jack Reacher est de retour pour aider O'Day et Shoemaker. Cette fois-ci, il apportera son aide afin de retrouver un sniper avant que n'ait lieu le G8 en Angleterre. Tout récemment, le sniper en question a tiré sur le président de la République. Très peu de personnes auraient pu faire un tir de cette distance. Très peu qui ne soit plus dans l'armée et en âge de pouvoir le faire. Et les doutes de Jack Reacher se portent vers un homme qu'il a déjà arrêté par le passé et qui vient tout juste de sortir de prison. Quel drôle de hasard!

C'est en suivant ses traces que Jack et sa collègue Nice trouveront le lieu où il s'est entraîné. Il a quitté les lieux, mais avant de quitter il a laissé un joli cadeau pour Jack sur les murs de la résidence. Il y a plusieurs photos de Jack, son dossier militaire bref, Jack semble être devenu une cible de choix. Aucune alternative possible, il doit le retrouver afin d'éviter un attentat en Angleterre, mais également pour éviter de se faire tirer en plein front. Et pour y parvenir, ils devront se fier qu'à eux-mêmes et surtout, ne pas tenter de jouer aux plus gentils!

C'est plus fort que moi, lorsque je pense à Jack Reacher, je vois Tom Cruise dans ma tête. Impossible de dissocier le personnage des films versus le personnage que l'on retrouve dans les romans de Lee Child. D'ailleurs, c'est un élément positif, car ils sont restés fidèles aux œuvres de l'auteur. C'est tant mieux pour moi, car j'ai particulièrement aimé les films.

Ce dix-neuvième roman est particulièrement précis et détaillé. Les descriptions sont très analytiques et parfois, cela crée des longueurs. Du coup, j'aurais bien aimé un peu plus d'actions et de rebondissements au cours du récit. Et pourtant le début me semblait prometteur. Les événements se succédaient l'un à la suite de l'autre, mais une fois que nos deux protagonistes sont arrivés en Angleterre, c'était devenu un peu ennuyeux par moment. Trop de questionnements, trop d'attente avant d'agir.

Le dénouement est quant à lui prévisible sous certains aspects, mais je dois dire que l'auteur m'a prise par surprise lorsque j'ai enfin compris le fin mot de l'histoire qui se cachait derrière cette intrigue. Encore une fois Jack Reacher est fidèle à lui-même. Toujours aussi juste et loyal! 

Ma note : 3.5/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Calmann-Lévy pour ce thriller!


dimanche 14 janvier 2018

L'ange nocturne


Titre : L'ange nocture
Auteur : Liz Carlyle
Genre littéraire : Romance/Historique
Année de parution : 2013
Éditeur : J'ai Lu pour elle
ISBN : 978-2290076149
Nombre de pages : 376 pages


Le jour, Sidonie Saint-Godard, jeune veuve élégante et discrète, se consacre à l'éducation des jeunes filles de la bonne bourgeoisie. La nuit, c'est une tout autre histoire... Lorsque l'obscurité recouvre la ville, Sidonie se métamorphose pour hanter les lieux de débauche que fréquentent les fêtards de (aristocratie. Vêtue d'aguichantes tenues qui révèlent un ange noir tatoué sur sa poitrine, le visage dissimulé par un voile, elle traque ses proies : des gentlemen en goguette, qu'elle soulagera de leur or et de leurs bijoux. L'intégralité de ce butin, elle le reverse à la société de Nazareth, une fondation où de malheureuses domestiques, enceintes des œuvres de leurs maîtres, trouvent refuge après avoir été chassées de leur emploi. Mais lorsque son choix s'arrête sur le marquis de Devellyn, dans le but d'en faire sa prochaine victime, l'Ange noir commet une erreur. Le Démon de Duke Street le lui fera payer!

Laquelle de ces deux femmes obsède le plus le marquis Devellyn? Sidonie Saint-Godard ou Ruby Black?

Sidonie Saint-Godard habite Bedford Place, tout juste en face de la maison qu'occupe la maîtresse du Démon de Duke Street. Un beau matin, après une dispute fort animée, la jolie maîtresse décide de quitter les lieux. Comme si ce n'était pas assez, Devellyn apprend qu'il va devoir quitter sa maison de Duke Street temporairement, il va donc devoir emménager à Bedford Place le temps d'effectuer les travaux nécessaires.

Pour Sidonie alias Ruby Black, c'est l'occasion rêvée pour prendre en chasse le marquis et le détrousser afin de réparer les torts qu'il a commis à sa maîtresse. Il se trouve qu'elle réussit non seulement à le charmer et à l'attirer dans une chambre d'un hôtel sordide, elle part avec un beau butin. C'est en y regardant de plus près qu'elle se rend compte qu'elle lui a dérobé des articles personnels et dont elle apprendra plus tard, ont une valeur sentimentale pour celui-ci. Impossible de les revendre sur le marché noir, elle les cache donc dans son grenier.

Alors qu'elle marchait sur le trottoir en route vers chez elle, la portière de la calèche du marquis la frappe de plein fouet et elle se retrouve au sol. Il n'en fallait pas plus pour que le charmant marquis lui vienne en aide et l'emmène chez lui. C'est lors de cette courte visite que Sidonie apprendra que la maîtresse en question l'a elle-même quitté. Quelle bévue! Elle ne voit qu'une seule chose à faire, elle doit lui restituer les objets dérobés. En fait, c'est Ruby Black qui doit lui remettre... mais cela ne se passe pas du tout comme prévu!

Quelle intrigue originale! J'ai plongé avec enthousiasme dans le monde de Ruby Black. La nuit, elle court après les hommes dans le but de les séduire pour leur dérober leur pécule afin d'aider de jeunes femmes démunies. J'aime bien ce côté rebelle et dangereux de notre protagoniste. Assez cocasse aussi le fait qu'elle leur montre son tatouage d'ange noir avant de les quitter afin qu'ils sachent à qui ils ont eu affaire! J'ai vraiment adoré ce personnage.

Par contre, la relation entre Sidonie et Devellyn est tout à fait similaire à ce que l'on retrouve dans tous les romans de ce genre. Il n'y a absolument aucun élément imprévisible. Heureusement qu'il y a quelques scènes coquines car cela ajoute une petite touche de sensualité au récit. De plus, il aurait été intéressant que le marquis reste plus près de sa vraie personnalité tout au long du récit. Il devient presque un amoureux transi, n'est-il pas le Démon de Duke Street?

J'ai également apprécié la toile de fond du roman. Londres de cette époque où les calèches envahissent les rues, les bals et les jolies robes bref, une époque qui me fait toujours rêver! Une lecture agréable et sympathique, mais qui malheureusement, n'est pas mémorable en soi.

Ma note : 3.5/5

vendredi 12 janvier 2018

Suspicion, tome 5 : La Reine du bal


Titre : La reine du bal
Auteur : Mary Higgins Clark/Alafair Burke
Série : Suspicion, tome 5
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : Albin Michel
ISBN : 978-2226396501
Nombre de pages : 400 pages

Ce soir-là, elle était la reine du bal… pour la dernière fois : la riche et mondaine Virginia Wakeling a été tuée lors du gala du Metropolitan Museum dont elle était l’une des plus généreuses donatrices, vraisemblablement précipitée du toit. Par qui? L’affaire n’a jamais été élucidée.  
Trois ans plus tard, Laurie Moran, l’enquêtrice phare de l’émission Suspicion, s’empare du cold case. Elle découvre vite que Virginia était une femme très courtisée : un petit ami nettement plus jeune qu’elle, désigné à l’époque comme le principal suspect, mais également nombreuses de personnalités en vue – collectionneurs, promoteurs immobiliers, entrepreneurs… – avaient noué avec elle d’étroites relations.
Tous étaient présents lors de la célèbre soirée caritative. Mais qui aurait eu intérêt à se débarrasser de Virginia?

On peut bien tout avoir dans la vie... l'amour, la gloire, l'argent, mais personne ne semble à l'abri d'un meurtre crapuleux!

Virginia Wakeling avait tout pour être heureuse dont une fortune colossale. Son défunt mari Robert avait réussi dans les affaires et créé un empire. Depuis son décès, les enfants s'occupaient de l'entreprise et Virginia distribuait sa fortune auprès de différentes œuvres caritatives, dont le Metropolitain Museum. En dehors de tout cela, elle avait rencontré un charmant jeune homme qui l'avait séduite et dont elle semblait amoureuse. D'ailleurs, il désirait l'épouser. Les enfants étaient contre cette idée en argumentant que celui-ci était avec elle pour son argent! Était-ce le cas?

Le soir le plus attendu de l'année, Virginia revêtit sa jolie robe et se rendit au gala au bras de son amant Ivan. Ses deux enfants et son gendre ainsi que le neveu de son défunt mari étaient présents. Mais voilà qu'au cours de la soirée, elle s'est rendue seule sur la terrasse extérieure et fut projetée par-dessus la rambarde. Le système de caméra était en entretien ce soir-là. Quel drôle de hasard n'est-ce pas?

Laurie Moran n'était pas très emballée de faire une émission sur ce décès. Pour elle, c'est trop tôt et la police n'a pas encore fermé le dossier, mais Ryan est tellement convaincu qu'Ivan est innocent, qu'il réussit à la convaincre et Laurie décide d'enquêter. Ce n'est pas sans risques! Certaines personnes auraient préféré que les soupçons continuent de planer sur Ivan. Qui avait donc intérêt à vouloir que Virginia meure? Surtout sachant qu'elle voulait se remarier et modifier son testament!

La couverture de ce bouquin est vraiment très jolie et le titre est assez évocateur de l'ambiance qui règne comme toile de fond. Les jolies robes, les gens riches et célèbres et le tout dans un magnifique musée. J'étais déjà conquise!

Je dois avouer que je n'ai pas lu les tomes précédents de cette saga. Les auteures font plusieurs clins d'œil aux enquêtes précédentes afin de nous aider à mieux comprendre l'évolution des personnages. J'ai tout de même eu parfois le sentiment de passer à côté d'un petit quelque chose. Surtout concernant la relation amoureuse de Laurie et Alex. Je vous conseille donc de les lire dans l'ordre afin de vraiment apprécier le récit.

Les auteures ont eu une excellente idée de créer cette émission Suspicion comme élément déclencheur de leurs enquêtes. C'est d'un grand réalisme et cela nous aide à adhérer facilement au récit. L'intrigue en elle-même est assez simple, mais pourtant captivante. Sincèrement, j'aurais pris quelques pages de plus afin de rester dans cette ambiance.

J'ai bien aimé les personnages. Certains sont détestables à souhait et d'autres sont assez intéressants, particulièrement Laurie. Le fait qu'elle soit journaliste et qu'elle ait un père ayant travaillé en tant que policier fait d'elle une protagoniste crédible et unique. Pour une fois que ce n'est pas un détective ou un policier à la retraite!

Les auteures ont réellement su me faire aimer leurs personnages et leur émission Suspicion. Du coup, je vais reprendre cette saga du début! À suivre...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier Albin Michel pour m'avoir fait découvrir encore une fois une belle saga!


mercredi 10 janvier 2018

La disparue de Noël


Titre : La disparue de Noël
Auteur : Rachel Abbott
Genre littéraire : Thriller
Année de parution : 2017
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2714471222
Nombre de pages : 460 pages


En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé? Que cache la disparue de Noël?

Emma avait une vie qui la comblait avec son mari David et son fils Ollie jusqu'au jour où une jeune adolescente arrive sans faire de bruit dans sa cuisine. Elle a la surprise d'avoir en face d'elle, Natasha, la fille disparue de David. Comment a-t-elle pu revenir seule à la maison après 6 ans? Elle n'a que 13 ans! Où était-elle pendant toutes ces années? Que lui est-il arrivé pour avoir un regard si dur?

Tom et Becky sont appelés sur les lieux où une jeune fille vient d'être découverte en forêt. Peu de jeunes filles peuvent correspondre aux critères de la défunte. Serait-il possible que ce soit Natasha Joseph? Becky n'a d'autres choix que de demander à David un échantillon ADN. Le père semble dévasté.

David rentre à la maison et découvre que sa fille est de retour. Il est surpris et à la fois heureux. Par contre, la jeune fille ne veut pas qu'il l'approche et dans son regard, l'on sent qu'elle lui en veut énormément. Si sa fille est de retour à la maison, qui est celle qui vient de mourir?

Tom rentre lui aussi à la maison et décide avec sa copine de faire quelques recherches dans les dossiers de son frère Jack. Cela fait déjà 6 ans qu'il est décédé, il est plus que temps qu'il se décide à faire le tri de cette paperasse, mais également pour essayer de comprendre pourquoi des cambrioleurs ont fouillé dans ces boîtes.

Quelques jours plus tard, Natasha emmène son petit frère Ollie faire une balade. Elle le remettra aux mains de l'homme qui l'a kidnappé à l'époque. De retour chez David, c'est la consternation. Vont-ils demander une rançon? Et si c'était beaucoup plus complexe? Le passé semble rattraper le présent...

Je viens tout simplement de découvrir une auteure de talent. Je ressors de ce récit en ressentant encore quelques palpitations. Évidemment, la fin n'est pas tout à fait à la hauteur de mes attentes, mais pour ce qui est du reste du roman, je dois dire que c'est un excellent thriller psychologique.

Les personnages ont des personnalités qui cadrent à merveille avec l'intrigue. Il y a entre autres la jeune Natasha dont je me suis attachée. Elle est devenue caractérielle, complexe et pénible en raison de l'enfer qu'elle a vécu et malgré cela, il lui reste un petit fond de gentillesse qui ne demande qu'à sortir. Également, j'ai vraiment pris plaisir à détester le personnage de David. Quel homme faible et dégoûtant! Quant à Emma, elle est la mère que tous les enfants voudraient bien avoir. En fin de compte, Rachel Abbott sait vraiment créer des personnages d'un grand réalisme.

J'ai facilement adhéré à l'intrigue. Qui ne serait pas intrigué par ce récit? Une jeune fille qui refait surface six après avoir été kidnappée... mais l'on se rend compte que tout est plus complexe que cela n'y paraît aux premiers abords. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas ressenti ce petit frisson d'anticipation, vous savez ce petit boum qui vous garde captiver en lisant un thriller et qui donne le goût de sauter des paragraphes pour arriver plus rapidement au dénouement? Rassurez-vous je n'ai sauté aucun mot! J'ai plutôt savouré ma lecture.

Par contre, la fin m'a quelque peu déçue. À mesure que j'avançais, je voyais poindre le dénouement et tout m'a semblé aller de soi. J'aurais bien aimé que l'auteure me surprenne un peu! Je suis passée à peu d'un coup de cœur...

Ma note : 4/5

Je tiens à remercier la maison d'édition Belfond pour cet excellent thriller!


J'ai lu ce thriller en lecture commune avec mon amie Stéphanie, vous pouvez lire sa chronique en cliquant sur le lien suivant : La disparue de Noël